Avatar

SVP pensez à vous inscrire
guest

sp_LogInOut Connexion sp_Registration S'inscrire

S'inscrire | Mot-de-passe perdu ?
Recherche avancée

— Activité du forum —




— Correspond —





— Options du forum —





La longueur du mot recherché est au minimum de 3 caractères et au maximum de 84 caractères

sp_Feed Flux RSS du sujet sp_TopicIcon
Accepter de perdre le contrôle
31 mars 2011
15 \03 39 \03\39
Avatar
cwinnerman
Member
Members
Nombre de messages du forum : 192
Membre depuis :
20 mars 2011
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

Le point commun d'une majorité de personnes anorexiques et/ou boulimiques, est leur peur viscérale de prendre du poids, cela impliquant une modification de l'apparence physique...

 Et l'une des solutions commune à une majorité de personnes, réside dans le fait d'ACCEPTER de "PERDRE LE CONTROLE". Bien souvent, les personnes croient avoir le contrôle mais en réalité ne l'ont pas vraiment, sinon il n'y aurait pas de problème! PERDRE LE CONTROLE se fait par un abandon temporaire de l'outil de contrôle, qui peut être la balance, le mirroir, le centimètre...

 A travailler aussi : Chez les personnes boulimiques, les "crises" sont en partie dûes aux frustrations provoquées par les privations que le sujet s'impose au quotidien, ou lorsqu'il se trouve en phase de régime / contrôle. Les crises sont souvent composées d'aliments plaisir (qui sont fréquemment absents des repas que le sujet garde, curieusement !). Le travail consiste donc à réintégrer les aliments plaisir aux repas que le sujet garde, mais en quantités raisonnables, appropriées au sujet, et de façon progressive. Un "contrat" est parfois passé entre la personne et le praticien, contrat pouvant concerner une prise de poids, une réinsertion d'aliments au cours des repas, etc.

 Travailler bien sûr l'estime de soi : Un corps en surpoids ne fera pas de vous quelqu'un de mauvais et de non estimable... Et un corps mince ne fera pas de vous quelqu'un de bien et d'estimable non plus.

 Laisser de côté la recherche incessante de contrôle alimentaire, de perte de kilos, les régimes... Et privilégier le travail intérieur, qui influera sur les émotions et les comportements.

4 août 2011
14 \02 32 \08\32
Avatar
Leo Lavoie
Member
Members
Nombre de messages du forum : 44
Membre depuis :
2 août 2011
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

Je crois bien qu'il faille laisser de côté l'aspect nourriture dans les cas d'anorexe et/ou de boulimie.  D'ailleurs, cela rebute ceux qui en souffrent en général. Surtout si (et ça arrive souvent) dans la famille, on a tenté de les forcer à manger ou on les a harcelé avec de la nourriture.

Je crois bien que dans plusieurs cas, il faille d'abord extraire la notion de repas et surtout de repas à table et "en famille" de la nutrition pour faire en sorte que la personne se nourisse un peu.  C'est très délicat et tellement différent pour chaque cas... Ne pas hésiter à faire appel aux suppléments alimentaires qui n'ont en rien l'air de nourriture.

Ensuite, vous avez parfaitement raison, c'est une question de contrôle sur laquelle l'on doit travailler. Le lâcher prise sur ce concept de contrôle devrait suivre normalement une impression grandissante de reprise de son contrôle à soi et d'avoir "le Choix" dans "Sa" vie.  Il ne faut pas oublier que la personne qui cherche à reprendre le contrôle a l'impression profonde de l'avoir perdu ou de ne jamais l'avoir eu. Il faut que la personne reprenne en mains les rennes de sa vie.  Cela dit, quand l'on parle d'une jeune fille chez ses parents (et l'on parle souvent de cela), ce n'est pas gagné tout ça.  Dans ce cas là, il faudra une approche en dynamique familiale et même en thérapie familiale ou il faudra retirer la jeune personne de son milieu familial pour la traiter.

Bref, tout cela est tellement compliqué et à prendre cas par cas...

5 août 2011
8 \08 49 \08\49
Avatar
mariechristine
Member
Members
Nombre de messages du forum : 12
Membre depuis :
30 juillet 2011
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

J'ai remarqué qu'il y a aussi une autre forme de perte de contrôle, chez des personnes qui pourtant mangent normalement aux repas.

C'est le fait de manger par exemple un biscuit plusieurs fois au cours de la journée ou une praline, mais de façon automatique.

Je m'explique : je travaille en clinique, où le rythme de travail est extrêmement soutenu, le stress entre les soins, les exigeances des malades, les familles ....

Et là je remarque que  au cours de la journée le personnel qui doit passer dans le bureau du service très souvent, prennent une praline (que les malades offrent pour le personnel à la sortie) ou des biscuits.
J'ai remarqué que c'est une geste qu'ils ne se rendent même plus compte, mais qui leurs fait du bien pour continuer sur ce rythme ou pour attendre le repas qui n'arrivera pas toujours à l'heure prévu.

5 août 2011
15 \03 13 \08\13
Avatar
Leo Lavoie
Member
Members
Nombre de messages du forum : 44
Membre depuis :
2 août 2011
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

Ah mais pour avoir bien étudié les effets des sucres et ce qui se transforme en sucre dans l'organisme (les farines par exemple) il faut savoir une fois pour toutes que cela devient vraiment une dépendance bien physiologique. Et, oui, un seul satané biscuit suffit pour commencer cette dépendance.

1 février 2012
14 \02 12 \02\12
Avatar
Anthony17
Member
Members
Nombre de messages du forum : 8
Membre depuis :
29 janvier 2012
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

Pourquoi dans un premier temps du traitement ne pas utiliser le modèle douleur/plaisir ?

Par exemple pour les boulimiques :

en remplaçant les aliments à haute valeur calorique par des fruits des légumes, protéine (viande blanche) et laitage à 0%, pour influencer l'état physiologique qui jouera sur l'état interne, car on se sent mieux quand on mange équilibré et sain.
Ensuite en jouant avec les submodalités et les dissociations, puis en remplaçant le fait de se gaver de nourriture par une activité sportive où elle retrouverai les même sensations de plaisir en associant le fait de changer d'habitude et de corps à :

"[u:45f4uh7h]un nouveau contrôle de soi[/u:45f4uh7h]" [i:45f4uh7h]en utilisant ceci pour l'augmentation de l'estime et la confiance en soi, au lieu de justement lui dire de lâcher prise ou perdre le contrôle cela pourrait peut-être en effet être mal interprété par son inconscient et pourrait peut-être jouer sur d'autres paramètres de sa personnalité sur un aspect négatif.[/i:45f4uh7h]

et en terminant par un conditionnement neuro-associatif pour renforcer le comportement dans le temps.

Ce type de comportement peut-être lié aussi à divers traumatisme passé donc il y aussi un travail de régression à faire, ce sont des cas difficiles...

Bien sur chaque cas est unique, ce n'est qu'une idée ...

Fuseau horaire du forum :Europe/Paris

Nb max. d'utilisateurs en ligne : 134

Actuellement en ligne :
2 Invité(s)

Consultent cette page actuellement :
1 Invité(s)

Auteurs les plus actifs :

cwinnerman: 192

Spirit: 69

forumhypnose: 55

manu19: 49

therapie29: 47

Leo Lavoie: 44

687: 29

pcoumac: 27

yvon47: 20

manega: 14

Statistiques des membres :

Invités : 0

Membres : 1326

Modérateurs : 0

Administrateurs : 1

Statistiques du forum :

Groupes : 1

Forums : 32

Sujets : 279

Messages :878

Nouveaux membres :

Zacharypab, Hershelvex, ScottPhora, Luc, julie.frenais, Firat Boztas, WilliamVow, boyerm020, StevenJar, Acd

Administrateurs : Modérateur: 35