L'empathie dans le domaine commercial

La grosse erreur que nombre d’entrepreneurs font encore aujourd’hui, est de croire que le consommateur est un ignorant qui va acheter tout et n’importe quoi. Avec une telle croyance, il n’est pas étonnant que les produits vendus soient de mauvaise qualité et qu’ils ne répondent pas aux attentes des clients.

Très souvent, pour un entrepreneur ou un directeur marketing, son produit / service est le meilleur, il le croit indispensable pour les consommateurs. Peut-être même se demande t-il parfois pourquoi ses acheteurs ne sont pas plus nombreux.

Faisons attention à notre égo : sachons rejeter ses méfaits et n’en garder que les bienfaits.

Gardons à l’esprit que notre solution n’est pas nécessairement celle d’autrui.

Le produit / service que vous proposez doit véritablement répondre à un besoin. Il ne s’agit pas de vendre pour vendre mais d’apporter un confort supplémentaire et d’améliorer la qualité de vie des gens.

Renoncez à vendre un produit / service si celui-ci ne constitue pas une réponse au(x) besoin(s) du client.

La solution est simple et vous la détenez déjà : positionnez-vous en empathie vis-à-vis de vos futurs clients !

Souvenez-vous que nous avons tous des croyances, une Carte du Monde (perception subjective du monde), des vies, des attentes et des besoins différents. Pour vous positionner en empathie, vous devez apprendre à observer et à écouter.

Vous devez créer un rapport "gagnant-gagnant" avec vos clients ! Nos relations sont des partenariats dans le sens où la personne a un besoin et que vous y répondez ; et c’est pour cette réponse, pour ce travail, qu’elle vous rémunère.

Certains, notamment des concurrents, m’ont étiqueté de "commercial". Je tiens à remettre les pendules à l’heure : j’étais, je suis et je serai humaniste. Tout n’est pas tout noir ni tout blanc, il y a aussi du gris. Un humaniste ne peut-il pas être commercial ? Un commercial ne peut-il pas être humaniste ? Je me suis lancé dans la relation d’aide après avoir souffert puis vaincu les troubles du comportement alimentaire, les angoisses et le manque de confiance en soi. Je ressentis une profonde gratitude et il m’apparut évident de donner, d’accompagner, d’aider et de transmettre à mon tour les outils qui m’avaient tant apporté. J'avais une dette envers l'Hypnose. J’ai à mon actif plus de 3500 séances individuelles et peut-être une centaine de formations animées. Et dans la vie de chacun, il est un temps pour chaque chose, désormais je consacre le mien à de nouveaux apprentissages, à l'écriture et à ma famille. Si je suis un "commercial", c'est alors dans le sens noble du terme.

Cet étiquetage est ridicule car vous deviendrez nécessairement "commercial" si, par exemple, vous créez comme je l’ai fait un cabinet de consultations, et plus généralement quelque soit votre activité professionnelle. Comment trouver des clients si aucune démarche "commerciale" n’est effectuée ?

Plus les mots sont simples, les phrases courtes, et plus l’impact émotionnel est important. Il n’est donc pas étonnant que ceux qui attaquent dans le but de nuire (peut-être parce que c’est plus facile que de construire) se livrent à l’étiquetage. Il est toujours plus simple d’étiqueter une situation ou un homme, donc de porter un jugement sur sa globalité, plutôt que d’entrer dans le détail, dans la profondeur des choses.

Constant WINNERMAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *